SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Une femme trans agressée dimanche 31 mars place de la République à Paris

 

Le jour de la Journée de la Visibilité Trans ( TDOV ), une Femme Trans a été agressée en voulant se diriger vers une entrée du métro place de la République vers 20 heures 30 à Paris, par apparemment un groupe d'environ 3 hommes lors de la manifestation contre Bouteflika.

 

 

Heureusement pour une fois, il y a une vidéo bien visible qui a été diffusée le 2 avril, qui prouve bien qu'elle a subi des violences transphobes en raison de son sexe, expression et identité de genre.

 

Transphobie Paris.jpg

" Cette violence est souvent le lot quotidien des Personnes Trans. "

 

Elle doit être prise en compte par les parquets des procureurs de la République, " et qu'on prenne au sérieux leurs plaintes ", et qu'ils interviennent rapidement contre les transphobes avant que la situation empire à l'encontre des Personnes Trans.

 

Pour notre part, c'est très inquiétant, les plaintes ont triplé en 2018 pour des discriminations, des harcèlements, des violences verbales et physiques en raison de leur expression et identité de genre.

 

Ce qui est inadmissible, souvent les plaintes sont classées sans suite ou ne sont pas prises en compte ou on daigne les croire, pourtant la plupart du temps il y a des preuves, et qu'on arrête de les blâmer au lieu de s'occuper des personnes qui font ces discriminations et violences en raison de leur expression de genre et de leur identité de genre.

 

On peut regretter que des politiques et associations lgbtqi+ françaises ne sont pas intervenues en soutenant plus massivement comme par exemple comme d'autres années; les 10 ans de la journée internationale de la visibilité trans le 31 mars cette année. Une journée très importante pour la communauté trans du monde entier, qui célèbre à cette occasion non seulement leur visibilité,  mais aussi leur besoin et leur demande en tant que personne trans afin de vivre plus sereinement au quotidien. Par contre, on salue tout de même après ceux qui ont dénoncé cette agression transphobe et de leurs messages de soutien à la victime.

 

 

Les faits du 31 mars : La victime, Julia, a subi un véritable cauchemar avant, pendant et après cette agression transphobe : l'humiliation, l'harcèlement sexuel, l'irrespect, le mégenrage, les propos injurieux et les violences transphobes et sexistes.

 

Une transphobie d'une violence insupportable en raison de son sexe, de son expression de genre et de son identité de genre. Mais de plus les agents du GPSR de la RATP qui sont venus la secourir in extrémis, puis emmenée dans leur locaux, ce sont mal comportés par des attitudes et des propos transphobes à cause d'être Trans " Ceci n'est pas acceptable non plus ".

 

Une plainte a été déposée par la victime mardi 2 avril. Une enquête a été ouverte le 2 avril par le parquet de Paris. Une personne avait été placée en garde à vue le 31 mars, mais a été libérée.

 

Mise à jour, le 9 avril 2019 : Un suspect a été de nouveau placé en garde à vue mardi après-midi, selon l'AFP auprès du parquet de Paris.

 

Mise à jour, le 10 avril 2019 : Le suspect est passé en comparution immédiate mercredi soir à Paris mais son procès a été renvoyé. Il sera jugé le 22 mai.

 

Mise à jour, le 22 mai 2019 : Paris - La cour a rendu son verdict :

 

L’agresseur présumé de Julia est reconnu coupable. Il est condamné à 10 mois de prison dont quatre mois avec sursis assorti d’une mise à l’épreuve de deux ans.

 

Il est également interdit de contacter la victime et d’apparaître aux abords de son domicile.

 

Il est bien condamné pour « violences commises en raison de l’identité de genre ».

 

Quant à Julia, elle est indemnisée à hauteur de 3.500 euros. 

 

De plus, on condamne fermement le mégenrage en l'appelant " monsieur au lieu de madame " venant du greffier et de magistrats pendant l'audience. Ceci est inadmissible de leurs parts : " aucun respect de son identité de genre. " 

 

 

 

On condamne fermement cette agression transphobe et on demande que toute la lumière soit faite dans cette affaire, et que tous les agresseurs soient retrouvés et condamnés sévèrement par la justice.

 

 

En soutien à Julia, un rassemblement a été organisé mardi 9 avril à 18 heures 30, place de la République à Paris.

 

 

 

 

 



07/04/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres