SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Phobie sur l'identité de genre


Google hypocrite censure les avis négatifs des Trans Victimes de Transphobie

 

Google Doodle hypocrite rend hommage à la Pionnière Trans, Marsha P. Johnson, ce mardi 30 juin, sur sa page principale de son moteur de recherche sur Google.com.

 

 

Mais censure les avis négatifs des Personnes Trans et/ou Non-Binaires Victimes de transphobie sur leur réseau : 

https://www.google.com/search.

 

Intox ! censure des avis négatifs de Google.jpg

  

#PrideMonth - #PrideTrans - #Stonewall 1969

 

 

Marsha P. Johnson Trans, née le 24 août 1945 à Elizabeth, New Jersey, et décédée le 6 juillet 1992 dans des circonstances suspectes à New York.

 

 

" D'un côté Google fait croire qu'il soutient les Trans, et de l'autre pratique la censure sur les avis négatifs venant des victimes, et cautionne la transphobie sur son réseau en France, inadmissible !."

 

SOS Transphobie condamne fermement les pratiques discriminatoires de Google à l'égard des Personnes Trans et/ou Non-Binaires en censurant leurs propos négatifs contre les entreprises, commerces et institutions, ect... transphobes qui n'ont aucun respect de leur identité et expression de genre.

 

 

" La Transphobie en France, c'est un délit puni par la loi."

 

 

En savoir plus :

https://www.sos-transphobie.org/

 

 

 


30/06/2020
1 Poster un commentaire

Agression transphobe à Saint-Étienne

 

Une femme trans a été agressée vendredi soir 12 juin par 4 agresseurs hommes à Saint-Étienne.

 

            Police 17.jpg

 

Theihla dit avoir subi plusieurs agressions et harcèlements depuis des mois. Le dernier acte transphobe est intervenu vendredi soir lorsqu'elle rentrait chez elle dans le quartier de Solaure. En prenant le tramway jusqu'à son terminus, elle s'est retrouvée face à 4 hommes qui l'a stigmatise depuis trop longtemps en toute impunité.

 

Elle a reçu des projectiles et des coups, et s'est vite réfugiée chez elle, mais le cauchemar a continué, ses agresseurs se sont postés le lendemain matin de 7 à 10 heures, ils ont sonné sur son interphone.

 

Elle a appelé plusieurs fois la police, mais a eu besoin d'aide de tiers LGBT+, pour qu'enfin la police vienne chez elle prendre la déposition sans dire qu'elle devait déposer plainte.

 

Ce n'est pas la première fois, il y a eu 6 agressions transphobes et ses 4 agresseurs sont toujours en liberté sans être inquiétés, selon France Bleu.

 

On condamne fermement cette agression transphobe et on demande que toute la lumière soit faite dans cette affaire, et que les forces de l'ordre prennent enfin les plaintes et arrêtent ces 4 agresseurs, et que la justice fasse son travail et condamne sévèrement ces actes transphobes en raison de son identité de genre.

 

 


16/06/2020
1 Poster un commentaire

Agression transphobe à Bordeaux

 

Une femme trans de 25 ans a été agressée dimanche matin, 8 décembre, vers 6 heures 30, cours du chapeau rouge à Bordeaux.

 24ee0dfa-4554-5693-81a2-0311675756ad.jpeg

 

La jeune femme qui rentrait suite à un anniversaire avec un groupe d'amis, a été prise à partie par quatre hommes, visiblement alcoolisés selon un témoignage. Elle a d'abord été insultée puis soulevée et basculée par dessus le muret qui fait la séparation entre la rue et l'accès pour les voitures au parking Jean Jaurès, selon France Bleu Gironde.

 

Suite à ses blessures, elle a une ITT de dix jours, elle est sortie de l'hôpital mais doit revoir le médecin légiste mardi, selon le parquet de Bordeaux. 

 

Une plainte a été déposée par la victime qui doit être en raison de son identité de genre. L'enquête suit son cours.

 

 

Mise à jour le 12 décembre : Quatre hommes âgés environ d'une trentaine d'années ont été placés en garde à vue. Ils sont entendus depuis mercredi par les policiers en charge de l'enquête au commissariat de Bordeaux. Les auditions se poursuivent ce jeudi.

 

 

Mise à jour le 14 décembre : Une affaire pas très claire qui charge la victime qui n'a reçu du médecin légiste que 5 jours d'incapacité totale de travail alors qu'elle avait eu 10 jours ITT auparavant, et les 4 agresseurs, seulement, deux sont mises en cause qui ont eu soi-disant une ITT de 4 jours à cause que la victime s'est défendue contre ces agresseurs.

 

 

Les agresseurs sont convoqués et la victime le 28 février au tribunal correctionnel de Bordeaux.

 

 

Mise à jour le 29 février : Suite la victime attaque par le biais de ses avocats les agresseurs pour agression, violence et insultes à caractère transphobe liée à son identité de genre, alors que les deux agresseurs pour leur défense selon eux, ce n'est "qu'une rixe entre ivrognes", selon France Bleu Gironde.

 

La Procureure de la République n'a pas suivi la défense des deux frères agresseurs, et a requis contre eux six mois de prison avec sursis et assortis d'un stage de citoyenneté. La défense demande la relaxe.

 

La décision sera rendue le 6 mars.

 

 

Mise à jour le 7 mars : Suite - La décision du tribunal :

 

Six mois de prison avec sursis, l'obligation d'effectuer un stage de citoyenneté et une mise à l'épreuve de deux ans, selon France Bleu Gironde.

 

De plus, les deux agresseurs devront également verser 300 euros de dommages et intérêts pour le préjudice matériel à savoir la perruque, 1000 euros au titre du préjudice corporel, 1000 euros au titre du préjudice moral et régler les frais de justice engagés par la jeune femme.

 

La défense des deux hommes a fait appel de ce jugement.

 

 

Communiqué de SOS Transphobie : "On ne peut pas se satisfaire de ce jugement trop clément, et comme la défense fait appel, on demande une condamnation plus sévère".

 

 

 

Le 9 décembre 2019 : Tout notre soutien à la victime. On condamne fermement cette agression transphobe et on demande que toute la lumière soit faite dans cette affaire, et que tous les agresseurs soient condamnés sévèrement par la justice.

 

 


07/03/2020
1 Poster un commentaire

Une Femme Trans mortellement fauchée par une voiture

 

Une femme trans a été renversée par une voiture dans la nuit du 21 février au 22 février au bois de Boulogne à Paris.

   Jessyca Sarmiento 21.02.2020.jpg

 

Jessyca Sarmiento, une femme trans péruvienne de 38 ans et travailleuse du sexe a été percutée mortellement selon deux témoins, vers 2 heures 30 du matin, avoir vu plusieurs personnes à bord d'une Renault Clio, foncer délibérément à vive allure sur la victime, sans s'arrêter, qui se trouvait sur l’Allée de la Reine-Marguerite, puis a pris la fuite.

 

Malgré l'appel des deux témoins des secours rapidement, la victime est décédée sur place peu de temps après.

 

Une enquête a été saisie, et confiée au premier district de police judiciaire.

 

TDoR 2020 - Jessyca Sarmiento est la première victime tuée par homicide cette année en France.

 

Plusieurs rassemblements vont avoir lieu le samedi 29 février en France et à l'étranger en hommage à Jessyca Sarmiento.

 

On condamne fermement cet acte délibéré mortel à l'égard d'une femme trans et on demande que toute la lumière soit faite sur cette enquête, et que les auteurs de cet acte soient retrouvés, et condamnés sévèrement par la justice.

 


26/02/2020
0 Poster un commentaire

Agression verbale transphobe à Villeneuve-d'Ascq

 

Une Femme Trans Lilloise a été agressée verbalement par des agents d'Ilévia Bus à Villeneuve-d'Ascq à l'est de Lille.

 

     2019419utf-8-b-q2fwdhvyzsbk4oczzcyby3jhbiaymde5lta0lte5ighmgcaxmy4xny4zni5wbmc.jpeg

 

Suite à un signalement sur twitter, une femme trans, Cassandre, a été victime de propos transphobes de la part d'agents d'Ilévia, le 6 février dernier, devant la Station Pont de Blois par deux contrôleurs.

 

Quelques jours après, une plainte a été déposée de sa part, qui doit être en raison de son identité de genre.

 

Selon Ilévia Bus, dit avoir ouvert une enquête à ce propos.

 

On condamne fermement cet acte transphobe à l'égard d'une femme trans en raison de son identité de genre. Il est tout à fait inadmissible que des agents avec une mission de service public insultent en toute impunité une femme trans. On demande des sanctions de la part d'Ilévia, et que la justice fasse son travail, et qu'elle arrête de cautionner ces actes transphobes inacceptables.

 

 


09/02/2020
0 Poster un commentaire

Transphobie à Clermont-Ferrand

 

Selon un signalement, une agression transphobe a eu lieu samedi 21 décembre, par un groupe d'individus dans le quartier des Vergnes à Clermont-Ferrand.

 

            hotel de police clermont.jpeg

 

Une femme trans de 53 ans a reçu des coups principalement au visage dans le hall d'un immeuble samedi après-midi apparemment par environ une dizaine d'hommes.

 

Aux urgences suite à ses blessures, elle a eu un certificat médical a priori de 6 jours ITT.

 

Une plainte a été déposée ce vendredi matin, 27 décembre, au Commissariat Central de Police de Clermond-Ferrand.

 

Au vu de l'implication dans cette affaire de militants d'associations à polémiques, et à des actes haineux indignes de leur part, en particulier à l'égard d'une femme trans racisée, Sarah Voster de Clermont-Ferrand que nous avions dénoncé, nous rédigeons cet article " sous toutes réserves " des suites de l'enquête de police judiciaire.

 

Force est de constater que dans cette ville la haine s'est généralisée partout et cela depuis trop longtemps. Nous avions alerté en dénonçant des faits d'actes haineux, et de transphobie en vain depuis des années à l'égard de personnes trans dans ce coin.

 

 

On ne prenait pas au sérieux leurs plaintes, leurs demandes, et on en remettait la faute à elles " En les accusant d'être responsables d'être ce qu'elles sont, et d'aller jusqu'à dire que ce n'était pas vrai.", aussi bien dans des associations lgbt+, que lors de plainte en tant que victime d'actes discriminatoires et de violences transphobes aux forces de l'ordre ou au parquet du Procureur.

 

Les personnes trans ne sont pas en sécurité dans l'espace public, on demande que des mesures des pouvoirs publics soient prises rapidement en compte contre les discriminations et les violences transphobes en raison de leur identité et expression de genre partout en France.

 

 

Nous demandons que toute la lumière soit faite dans cette affaire et que les agresseurs soient retrouvés par les forces de l'ordre et la justice.

 


27/12/2019
1 Poster un commentaire