Phobie sur l'identité de genre - SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Phobie sur l'identité de genre


Une Femme Trans mortellement agressée à Paris 16ème

 

Une Femme Trans Vanesa Campos a été assassinée sauvagement en plein bois de Boulogne près de la porte de la Muette au 16ème arrondissement de Paris dans la nuit du 16 au 17 août, apparemment par environ une dizaine d'hommes armés de cutters, de couteaux, de bâtons et d’une arme de poing, en s'acharnant sur elle. L’autopsie a révélé que Vanesa n’avait pas été tuée par arme blanche mais par balle, au thorax.

 

La brigade criminelle de la police judiciaire, saisie de l’enquête, a ratissé les lieux mais sans résultats, selon l'AFP.

 

Nous demandons que toute la lumière soit faite face à cet acte transphobe et que les agresseurs soient retrouvés et condamnés fermement par la justice.

 

Mise à jour le lundi 27 août - Meurtre de Vanesa Campos :

 

Cinq personnes mises en examen pour meurtre et vols en réunion.

 

   Transphobie Paris sur une femme trans.jpg

 

Des rassemblements ont été organisés dans toute la France le vendredi 24 août en fin d'après-midi en hommage à Vanesa Campos assassinée au bois de Boulogne dans la nuit du 16 au 17 août à Paris 16ème.

 

Communiqué de SOS Transphobie 

 

Nous condamnons fermement cette acte transphobe et que ce gouvernement reste sournois face à la transphobie, et que la classe politique reste muette face à cet assassinat. Ce n'est pas parce que c'était une femme trans migrante travailleuse du sexe qu'elle n'a pas le droit au respect dû à son égard.

 

Nous condamnons fermement ces médias irrespectueux qui ont mégenré Vanesa Campos même dans la mort en raison de son expression et identité de genre.

 

Nous demandons une loi au pénal et au civil " Expression de Genre " contre ces propos et publications transphobes et sexistes en raison de l'expression de genre (1). Ce n'est plus acceptable aujourd'hui de traiter impunément de " Travelo, Travesti " une personne à cause de son expression de genre.

 

 

1) - L'expression de genre est la façon dont une personne présente son genre à travers son comportement, son apparence en publique tels que la tenue vestimentaire, les cheveux, le maquillage, le langage corporel, la voix et la manière courante d'exprimer son prénom et son pronom.  

 

Une expression de genre n'est pas une apparence physique en rapport avec les stéréotypes sexistes du sexe binaire.

 

 


22/08/2018
0 Poster un commentaire

Transphobie de BODY'minute à l'égard d'une Personne Trans au Centre commercial La Part-Dieu à Lyon

 

Le lundi 25 juin à 14 heures 20, deux employées de ce centre BODY'minute à Lyon ont eu des comportements inadmissibles discriminatoires transphobes à l'égard d'une femme trans en raison de son identité de genre.

 

                       body_minute_460x300.jpg 

 

 

Transphobie à BODY'minute - Les faits : Lettre envoyée au PDG :

 

Je sors à l’instant en pleurs d'un de vos instituts au Centre commercial La Part-Dieu à Lyon le 25 juin 2018 à 14 heures 20.

 

J’ai été humiliée par 2 de vos employées qui ce sont comportées à mon égard de façon inhumaine et indescriptible. Elles m’ont rabaissée à un niveau tel que je ne souhaite pas cette situation à quiconque. Je suis une personne transgenre mais surtout un être humain.

 

Ce n'est pas la première fois que je viens dans cet institut mais aujourd'hui ce sera la dernière. 

 

En voici les détails : Je me présente à l'accueil pour une épilation des sourcils, je m'installe en cabine et pendant l'épilation la personne qui s'occupait de moi m’a fait la remarque suivante : "Ma collègue à l'accueil n'a pas dû faire attention, mais vous êtes dans un institut pour femmes et nous ne pourrons plus vous accepter une prochaine fois, je finis mon travail exceptionnellement "travail mal fait et bâclé". 

 

J’étais tellement choquée que je n'ai pu avoir de réaction immédiate. 

 

Je sors de la cabine, me dirige vers l'accueil où la deuxième personne prend le relais devant la collègue en question et me propose la carte de fidélité. Je refuse en lui expliquant avec politesse que je ne reviendrai plus dans l'un de vos instituts à l'avenir car les propos qui ont été tenus mon extrêmement heurtée et blessée. 

 

J’avais l’espoir d’avoir un soutien de sa part et d’être reçue comme je l’avais toujours été auparavant.  Mais à ma grande surprise, elle me rétorque que sa collègue a eu raison, qu'il était bien spécifié à l'entrée du magasin que c'est un institut pour femmes. 

 

Je lui demande alors, si elle se rend compte de la gravité de ses propos et de la discrimination dont elle fait preuve. Elle me répond qu’elle trouve son comportement normal et ajoute que les personnes opérées peuvent ma foi être acceptées. Ce à quoi je lui demande ce qui lui fait dire que je ne suis pas opérée. Dois-je lever ma jupe à l'accueil de votre magasin pour vous montrer ce que j'ai entre les jambes afin d’obtenir une validation pour être acceptée en cabine ?. 

 

Aucune expression sur son visage, elle ne réagit pas, et d’un ton sec elle lance « l’ institut a déjà rencontré ce genre de problèmes et qu’il est tout a fait normal qu'on me refuse l'accès aux cabines à l'avenir. Puis elle coupe court en me disant  « allez dans un centre mixte où vous serez acceptée telle que vous êtes  ».

 

C'est la première fois en 10 ans que je rencontre ce genre de traitement, je ne suis ni exubérante, ni extravagante, ni un animal de foire… je suis une personne respectueuse et je refuse d'être souillée, rabaissée et humiliée par des personnes aussi arriérées, rétrogrades et irrespectueuses avec une méchanceté gratuite et rarement rencontrée au cours de ma vie.  Ce genre de personnes ne se rendent pas compte du mal qu'elles peuvent engendrer et la blessure que je peux ressentir depuis ma sortie de votre institut.

 

Sachez également qu’approximativement 41% des personnes transgenres ne se suicident pas parce qu'elles sont transgenres mais à cause de l’attitude et le comportement des personnes dans cette société qui ne nous traitent pas comme des êtres humains.  C’est un pourcentage accablant que j’imagine vous l'ignoriez mais qui est bien réel.

 

Je suis on ne peux plus déçue et attristée par ce que j’ai vécu aujourd'hui, vos employées ne sont pas capables de s'adapter à la clientèle qu’elles sont amenées à recevoir.

 

Quelle est la loi qui oblige votre personnel à refuser une personne comme moi qui ne demande qu’à vivre en bonne société avec son entourage ?

 

Est-ce la politique de votre institut ou une initiative de vos employées ?

 

Pour information, tous mes documents officiels stipulent « Sexe Feminin », dois-je après avoir levé ma jupe devant vos employées vous envoyer également une copie de ma pièce d'identité ?. 

 

J’espère que vous vous rendez compte de la gravité du traitement inadmissible et totalement injuste qui m’a été infligé et je souhaite que vous preniez les mesures nécessaires pour que ces personnes soit sanctionnées de manière exemplaire suite à leurs attitudes.

 

Je trouve scandaleux et discriminatoire qu'en France en 2018,  dans une grande métropole telle que Lyon on puisse encore et sans scrupule traiter certaines personnes avec autant de mépris et de déshumanisation.

 

Sachez pour ma part, que cette affaire aura des répercutions à tous les niveaux et via tous les moyens de communications possibles, Croyez moi ! 

 

J’utiliserai tous les supports existants pour dénoncer cette injustice, tous les médias en seront également informés.  Votre publicité est déjà faite de mon côté, ainsi que chez toutes les associations de lutte existantes. 

 

"La discrimination en raison de l'identité de genre est un acte puni par la loi en France."

 

On a eu la responsable de ce centre au téléphone le 26 juin l'après-midi, elle dit qu'elle n'était pas là hier et nie cet acte de ses deux employées. On a de sérieux doutes de sa sincérité.

 

Une plainte a été déposée le 26 juin au Commissariat de Police de Lyon du 3ème et 6ème arrondissement.

 

 


26/06/2018
4 Poster un commentaire

Un Refuge pour les Victimes de Transphobie - Appel aux dons

 

Appel aux dons :

 

Pour un refuge aux personnes en situation de détresse victimes de transphobie.

 

Merci pour votre participation afin de réaliser un accueil contre la transphobie. 

 

En savoir plus : 

https://www.lepotcommun.fr/pot/32c69z0y

  Refuge Transphobie.jpg


08/06/2018
2 Poster un commentaire

Transphobie de "École à la maison" à Paris

 

Nous dénonçons cette inadmissible soi-disant "École à la maison" à 8, rue du 8 mai à Paris 10ème qui n'a que des propos injurieux, diffamatoires, mensongers transphobes à l'égard des Personnes Trans en raison de leur expression de genre et identité de genre.

 

L'incitation à la haine envers les Personnes Trans est un délit puni par la loi en FranceTransphobie de Ecole à la maison.jpg

 

Nous l'avions signalé sur sa page Facebook à plusieurs reprises pour ces propos transphobes et nous avions demandé la suppression de ce compte. Facebook nous indiqua que ce compte été supprimé "École à la maison".     

         Ecole à la maison Transphobie.jpg

 

Mais  " L'Ecole à la maison " a ouvert une autre page sur Facebook.

 

 

Ce qui n'est pas acceptable puisque les propos sont toujours aussi transphobes envers les personnes trans en raison de leur identité de genre et leur expression de genre.

 

Nous avons signalé ce nouveau compte, des commentaires ont été supprimés, mais  cette publication est toujours sur Facebook.

 

Mise à jour, le 20 juin ce compte a été supprimé : L'Ecole à la maison.

 

Mise à jour, le 19 août on constate que ce compte a été réactivé alors qu'il était supprimé, inadmissible. On va de nouveau le signaler, vous pouvez en faire de même, merci :

https://www.facebook.com/lecoleamaison/

 

La transphobie n'est pas une opinion, c'est un délit en France !  : www.sos-transphobie.org

Transphobie de l'école à la maison France.jpg

 

 

De plus en regardant sur leur page (https://l-ecole-a-la-maison.com/) nous avons signalé leur lettre transphobe à une député européenne, nous vous demandons de faire de même. Cette lettre haineuse de leur part est susceptible de poursuite judiciaire.

 

Autant de haine à l'égard des personnes trans ce n'est pas normal.

 

C'est l'école de la haine de l'autre cette école à la maison.

 

Signalez cette lettre haineuse sexiste transphobe à :  internet.signalement.gouv.fr.

https://www.pointdecontact.net/cliquez-signalez/

 

 


25/05/2018
1 Poster un commentaire

Alerter l'Arcep contre la Poste en raison de votre identité de genre

J'alerte l'Arcep contre la transphobie, notamment venant de la Poste en raison de votre expression et identité de genre.

 

                                                                            J'alerte l'Arcep

                              arcep_alerte.jpg

 

                                               

.                                          Les voies de recours et judiciaires 

 

1. - Le "service réclamations" de l'opérateur de services postaux concerné. 

 

La réclamation peut-être adressée de quatre façons :

 

- Le contact téléphonique de La Poste : 36.31 (lundi au vendredi de 8h30 à 19h00 et le samedi de 8h30 à 13h00)

- Le site internet de La Poste : https://www.laposte.fr/service-consommateurs/deposer-une-reclamation ;

- Par courrier : SERVICE CONSOMMATEURS 99999 LA POSTE

- Auprès d'un point de contact postal

 

Après, vous pouvez ensuite saisir le service recours pour un nouvel examen de votre dossier, puis le médiateur du Groupe La Poste.

 

2. - Le recours auprès de l'Arcep – uniquement après s’être adressé au « service réclamations » de l’opérateur, et le cas échéant au médiateur du Groupe La Poste.

 

3. - Les voies de recours judiciaire en saisissant les tribunaux en raison de votre identité de genre contre la Poste.

 

 

 

 


23/10/2017
1 Poster un commentaire

#Transphobie du TGI et des institutions de Limoges sur une femme #trans à cause de son identité de genre

 

Témoignage TM : J'ai suivi le protocole de soins et toute la procédure comme l'impose l'équipe hospitalière du Grétis de Lyon pour " Dysphorie de Genre ", cependant le Tribunal de grande instance de Limoges m'a refusé mon changement de sexe dans l'état civil et mes prénoms féminins, et la Cour de Cassation de Paris a rejeté aussi mon dossier, je n'ai donc plus de recours de justice en France. Il ne reste plus que le recours de la cour de justice de l'Union européenne ( La Cour européenne des droits de l'homme - CEDH ) en cours actuellement.

 

                              Transphobie Limoges.jpg

 

Suite : Mon parcours est de homme à femme, en plus de mes changements physiques et corporels, j'ai subi une « chirurgie de réassignation sexuelle » de changement de sexe il y a plus de trois ans.

Je n'ai plus de papiers d'identité car je les ai perdu, il ne me reste plus que mon acte de naissance intégral et l'acte notarié précisant mon prénom usuel féminin pour faire reconnaître mon identité, ce qui me pose d'énormes problèmes au quotidien..

J'ai effectué une demande pour avoir la carte nationale d'identité avec mon acte de naissance et l'acte notarié à la préfecture afin de faire valoir mes droits comme tout le monde auprès des administrations telles que Pôle Emploi, CMU, aides sociales, ect.. , qu'on m'a refusé, prétextant que mon identité actuelle n'était plus masculine et qu'elle attendait le jugement du recours.

Actuellement il m'est impossible de faire quoi que ce soit, je subis la discrimination, le harcèlement, la violence transphobe à cause de mon identité, je suis sans travail avec seulement une pension d'accident de travail de la sécurité sociale d'un montant de 371 euros par mois, et rien d'autre . Ma vie précaire est devenue un enfer à cause d'être trans..

Tout cela à cause du Tribunal de grande instance de Limoges ( TGI ) qui m'a refusé mon changement de sexe par un refus plutôt fantaisiste et discriminatoire à cause de ce que je suis, puisque c'est l'article 99 du code civil qui prime et que j'ai respecté toute la procédure.

Sur le fondement des articles 60 et 99 du code civil, la loi française autorise les transsexuels à changer de prénom et de sexe sur leur état civil à compter du moment, pour reprendre la jurisprudence de la Cour de Cassation du 11 décembre 1992 « à la suite d’un traitement médico-chirurgical, subi dans un but thérapeutique, une personne présentant le syndrome du transsexualisme ne possède plus tous les caractères de son sexe d’origine et a pris une apparence physique la rapprochant de l’autre sexe, auquel correspondant son comportement social, le principe de respect dû à la vie privée justifie que son état civil indique désormais le sexe dont elle a l’apparence; que le principe de l’indisponibilité de l’état des personnes ne fait pas obstacle à une telle modification.»..

 

#Transphobie du Tribunal de grande instance de Limoges ( TGI ) et des institutions de Limoges sur une femme #trans à cause de son identité de genre : Lien


SOS Transphobie condamne fermement les actes et les attitudes discriminatoires transphobes envers une personne trans à cause de son sexe, apparence, expression et identité sexuelle * ( de genre ).


SOS Transphobie / Help Against Transphobia : http://www.sos-transphobie.org/

 

 

* Loi n° 2012-954 du 6 août 2012

 

 

Alerte ! Mise à jour suite : La  Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Haute-Vienne - siège de Limoges a envoyé un courrier reçu le 17 mai lors de l'#IDAHOT 2014, menace de couper la pension d'accident de travail parce qu'elle ne peut pas fournir de Carte nationale d'identité à cause de la Préfecture de Haute-Vienne de Limoges qui ne veut pas en délivrer une, alors que tous les justificatifs ont été fournis, en l'occurrence avec une copie intégrale de naissance de nationalité française ( Certifiée conforme par la mairie de naissance ) précisant son état civil actuel.

 

Tout citoyen français a un état civil, et a le droit à une Carte nationale d'identité :

 

Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) et Ministère en charge de l'intérieur

 

Si vous avez perdu votre carte nationale d'identité, il convient de faire une déclaration de perte. La déclaration peut se faire en même temps que le dépôt du dossier en mairie si vous demandez une nouvelle carte d'identité immédiatement. En savoir plus :

Carte nationale d'identité d'une personne majeure : en cas de perte 

 

Mise à jour avril 2014, suite : elle a retrouvé sa pension d'accident, par contre sa situation est toujours en mode restreint, rien pour les autres droits, mais que se passe t-il à Limoges ? ce n'est pas normal,  mais pourquoi l'état et le défenseurs des droits n'interviennent pas contre ces abus ?!.

 

Mise à jour mai 2015, suite : Condamnation arbitraire du TGI Procureur à 6 mois de prison à cause de ces papiers d'identitérefusés par ce même TGI, emprisonnée au mépris de son identité de genre dans une prison pour homme sans traitement hormonal.

 

 

Mise à jour 18 mai 2016, suite : Condamnation arbitraire du TGI Procureur Limoges : Assignée 4 mois à résidence, plus à 2 mois de prison ferme.

 

Elle fait appel pour cause d'histoires d'identité et de vol de son véhicule mis en fourrière suite à un stationnement abusif de plus de sept jours devant chez elle pour faute de papiers d'identité, elle ne peut pas mettre sa  "Carte Grise" à ses "nom et prénom" bien qu'ils soient reconnus par ce même Procureur de Limoges qui a refusé son changement d'état civil.

 

Mise à jour 20 septembre 2016, suite : Se retrouve sans aucun droit à cause des institutions de Limoges transphobes parce que plus de papiers d'identité, lire l'appel à l'aide de Michèle sur notre page Facebook :

https://www.facebook.com/SOSTransphobie/posts_to_page/

 

 

Mise à jour 22 mai 2017 : Elle a été condamnée à quatre mois de prison le 20 mai au Tribunal Correctionnel de Limoges, en délibéré pour le 21 Juin 2017.

 

Pour l'histoire de sa voiture, et de l'enlèvement du véhicule à l'extérieur de chez elle " qu'elle avait soit disant volé !? ". En conclusion au bout de trois ans de procès ( Pour une voiture bien à elle). Les frais de fourrière sont sous sa responsabilité. Donc elle met l'état en procès pour l'avoir escroqué et trompé dans ses droits, et fait mettre sous enquête l'Adjudant/chef de Gendarmerie de Châteauponsac (87) et l'ex Mairesse de Rancon (87).

 

SOS Transphobie condamne fermement cette maltraitance transphobe ignoble du Tribunal Correctionnel de Limoges, des forces de l'ordre et de l'ancien Maire de Rancon.

 

 

 


22/05/2017
6 Poster un commentaire