SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Actualité


Les Femmes Trans peuvent subir une greffe utérine

Les Femmes Trans pourraient bientôt pouvoir subir une greffe utérine et porter des bébés en bonne santé.

 

      Greffe Utérus Femme Trans.jpg

 

 

L'idée que les femmes trans pourraient un jour porter un bébé pourrait bientôt devenir une réalité, explique le chirurgien prolifique Christopher Inglefield, qui explique qu'une " transplantation utérine '' réussie a déjà abouti à une grossesse saine au Brésil.  Yahoo.com

 

À peine six semaines après la chirurgie, la Brésilienne qui a reçu l'utérus a également commencé ses règles.

 

Ce cas a eu lieu il y a deux ans et a vu une femme trans anonyme recevoir un utérus qui avait été donné par une personne biologiquement décédée.

 

Ce fut un moment majeur pour les scientifiques de la fertilité, qui étaient ravis de la naissance d'une petite fille en bonne santé pesant 5,6 livres.

 

Inglefield, fondateur de la "London Transgender Clinic" et spécialiste dans son domaine, a déclaré au Mirror : " Cette naissance novatrice est extrêmement importante pour toute femme trans qui souhaite porter son propre enfant.

 

"Parce qu'une fois que la communauté médicale l'accepte comme traitement pour les femmes cis souffrant d'infertilité utérine, comme l'absence congénitale d'utérus, il serait illégal de refuser à une femme trans qui a terminé sa transition."

 

"Il y a clairement des limites anatomiques en ce qui concerne les femmes trans, mais ce sont des problèmes qui je pense, peuvent être surmontés et la transplantation chez une femme trans est essentiellement identique à celle d'une femme cis."

 

 


06/07/2020
6 Poster un commentaire

La première greffe de pénis et de scrotum suscite l'espoir d'une future chirurgie pour les hommes trans

Plus d'un an après l'opération historique, le receveur de la première greffe totale de pénis et de scrotum au monde est entièrement fonctionnelle.

 téléchargement (2).jpg

Un vétéran blessé des forces armées américaines se sent à nouveau "entier" et se rétablit bien, rapportent des médecins dans un article du The New England Journal of Medicine.

 

C'était en 2010, le soldat avait perdu la plupart de ses jambes, ainsi que ses organes génitaux et une partie de son abdomen en marchant sur un engin explosif lors d'une patrouille en Afghanistan. 

 

À l'époque, il n'y avait eu qu'une seule greffe de pénis, réalisée en 2006 sur un patient à Guangzhou, en Chine; en ce qui concerne les précurseurs, ce n'était pas vraiment prometteur pour l'époque. 

 

Néanmoins, les spécialistes de la chirurgie reconstructrice de l'hôpital de Johns Hopkins étaient convaincus que leur patient soldat, qu'ils ont rencontré pour la première fois en 2013, ferait un bon candidat pour la chirurgie de transplantation.

 

Bien qu'il ait fallu cinq ans de préparation (y compris une vaste expérimentation sur des cadavres) avant d'avoir une chance, et essayer, une fois qu'un organe approprié d'un donneur décédé est enfin disponible.

 

Au cours de cette longue période, trois greffes de pénis réussies ont été réalisées: deux en Afrique du Sud, sur des patients ayant subi une perte de pénis due à des infections résultant de la circoncision; et une impliquant un homme aux États-Unis, qui a subi une intervention chirurgicale après une pénectomie partielle d'un cancer du pénis .

 

Pourtant, aucun de ces patients n'avait perdu autant que le soldat. Son opération serait particulièrement ambitieuse, impliquant la transplantation d'un seul morceau de tissu englobant le pénis, le scrotum et la paroi abdominale inférieure, ce que les médecins n'avaient jamais tenté auparavant.

 

Au total, toute la greffe pesait près de cinq livres (plus de deux kilogrammes) et mesurait 10 à 11 pouces (environ 25 cm).

 

Malgré les défis, qui impliquaient d'assembler des centaines de minuscules vaisseaux sanguins, de seulement un millimètre ou deux de large sous un microscope puissant. L'opération le 26 mars 2018 pendant 14 heures a été réalisée par 11 chirurgiens différents, a été un succès.

 

Plus important encore, plus d'un an après cette première greffe au monde, l'équipe médicale rapporte que le patient se rétablit bien, avec l'organe et ses connexions nerveuses rétablies, fonctionnant aussi bien qu'on pourrait l'espérer.

 

"Il a des érections presque normales et la capacité d'atteindre l'orgasme", écrivent les chercheurs dans leur rapport de cas .

 

"Il a une sensation normale à la tige et au bout du pénis transplanté, et peut localiser la sensation de toucher ... Le patient urine debout, sans effort, sans fréquence ou urgence, avec l'urine évacuée avec un jet fort."

 

"Ce jeune homme n'a pas d'enfants, mais il était content de la décision. Il n'est pas dans une relation, mais je suis sûr qu'il pense en avoir une maintenant."

 

Une autre considération unique dans le cas du patient était une infusion (greffe) de moelle osseuse du donneur, ce qui réduit les besoins en médicaments d'immunosuppression du soldat (qui aident le corps à accepter le nouvel organe). 

 

Actuellement, il n'a besoin que d'un seul comprimé par jour, et l'équipe espère qu'avec les progrès de la médecine, il pourra se passer complètement du médicament "dans les cinq à dix prochaines années".

 

On ne sait pas si cela se produira, mais ce qui est parfaitement clair, c'est que cette procédure incroyable a considérablement amélioré et restauré la vie que ce jeune vétéran veut mener.

 

Les résultats sont rapportés dans le New England Journal of Medicine .

 

 


18/11/2019
1 Poster un commentaire

Une personne trans repêchée dans la seine à Paris 6ème

 

Selon des médias transphobes qu'on ne citera pas, le corps d'une personne trans a été repêchée, mardi 27 août, dans la seine, au niveau du quai Conti, dans le 6ème arrondissement.

 

 personne trans repêchée.png

 

Elle était entre la vie et la mort lorsque la brigade fluviale l'a repêchée. Elle a été prise en charge par le Samu, et placée sous assistance respiratoire avant d'être transportée à l'hôpital de Necker, dans le 15ème arrondissement, au service réanimation.

 

 

Selon une source proche du dossier elle ne portait pas ses papiers et "aucune trace suspecte n'a été découverte sur son corps".

 

 

La piste criminelle a été écartée par les autorités, il s'agit de déterminer si c'est un accident, mais au vu d'un témoignage, cela est vraisemblablement une tentative de suicide d'une femme trans.

 

 

C'est le capitaine d'un bateau-mouche qui a donné l'alerte " il a vu la personne sauter des quais à hauteur du pont double et couler à pic " selon un policier.

 

 

Mise à jour le 2 septembre : Paula, femme trans de 34 ans, elle est sortie du coma profond, mais elle est toujours dans un état critique, " sous toutes réserves des suites de son rétablissement futur ".

 

 

 


30/08/2019
0 Poster un commentaire

Le corps d'une femme trans repêché dans la Garonne à Bordeaux

 

Samedi 6 juillet, vers 8 h 45, un corps flottant non loin de la berge a été retrouvé quai de Brazza, à Bordeaux.

 

Il a été repêché par les pompiers.

 

Ils ont sorti le corps d’une femme, dont on ignore encore s’il s’agit de la personne aperçue vendredi soir qui se serait jetée à l’eau depuis le pont de pierre.

 

La personne était vêtue d’un slip et d’un soutien-gorge, sans aucun document sur elle.

 

Dans le cadre de l’enquête confiée au groupe d’appui judiciaire, une autopsie a été ordonnée par le parquet.

 

L’examen médico-légal a révélé que la victime était une femme trans.

 

Les investigations se poursuivent pour l’identifier et connaître les causes de la mort, selon Sud Ouest.

 

 

Mise à jour le 23 juillet : Apparemment elle s'est suicidée et elle s'appelait Romy d'après des sources. 

 

Rapport sur TDoR - Victime de la Transphobie, Romy s'est suicidée le 5 juillet 2019 :  http://tdor.translivesmatter.info

 

 

870x489_index.jpg

 

 


09/07/2019
4 Poster un commentaire

Place Ovida Delect à Paris 4ème

 

La Ville de Paris a rendu hommage à Ovida Delect, poétesse, résistante, déportée, professeure de lettres (1926-1996), l’une des premières personnes trans à participer à un documentaire en 1986 « Appelez-Moi Madame » de Françoise Romand.

 

Il y a maintenant, depuis le mercredi 19 juin, la place Ovida Delect au croisement de la rue des Blancs Manteaux et de la rue des Archives au 4ème arrondissement de Paris.

 

Ovida Delect Trans.jpg

 

 

 

 


19/06/2019
0 Poster un commentaire

Communiqué de presse de SOS Transphobie

 

SOS Transphobie ne partage pas les revendications du Collectif Existrans

 

 

Nous sommes pour l'Égalité des Genres !

 

Notre priorité est de défendre les Droits Trans, de faire respecter leur vie privée sur les documents, et leur Expression de Genre et leur Identité de Genre sur les papiers d'identité.

 

Nous sommes pour que les Identités Trans ont le Droit à la Reconnaissance Légale " Autodétermination " Simplement déclarative en mairie de leur " Expression de Genre et de leur Identité de Genre " sur les papiers d'identité, et de les protéger au quotidien dans toutes les sphères de la société par une loi " Anti-Discrimination " au Civil et au Pénal.

 

Notre Combat est la Lutte contre la Transphobie :

https://www.sos-transphobie.org/

 

Droits Trans'.jpg

 

 


11/10/2018
0 Poster un commentaire