SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Transphobie inadmissible de Elisabeth Roudinesco à Quotidien

Suite à des signalements, Elisabeth Roudinesco ignare soi-disant historienne et psychanalyste a stigmatisé et diffamé les personnes trans en toute impunité sans être recadrée par Yann Barthès pour ses violents propos transphobes, le mercredi 10 mars à l'émission Quotidien sur la chaîne TMC.

 

Vidéo: Ecoutez ces propos transphobes ! elle dit entre autres "Il y a une épidémie de transgenres",

Début de l'émission vers 20 heures 10, sujet transphobe vers 20 heures 44, durée 1 minute 24

 

SOS Transphobie condamne fermement Elisabeth Roudinesco " Suite à ses propos transphobes et diffamatoires inadmissibles du 10 mars, on tient à dénoncer l'ignorance du sujet de ce personnage qui se permet en grande audience de porter préjudice et atteinte à la dignité des personnes trans en raison de leur identité de genre."

 

La chaîne TMC, Elisabeth Roudinesco invitée à l'émission Quotidien par Yann Barthès a manqué à son obligation que ses programmes ne contiennent pas d'incitation à la provocation publique, à la violence et à la haine à raison de l'identité de genre. Audiovisuel - Loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication.

Entre autres : Article 3-1  - Article 15

 

Les propos diffamatoires transphobes sont punis par la loi en raison de l'identité de genre : LOI n°2017-86 du 27 janvier 2017 - Article 32.

 

La discrimination à raison de l'identité de genre est punie par la loi : Article 225-1/Article 225-1-1/Article 225-2/Article 225-3/Article 225-3-1/Article 225-4 du code pénal.

 

Transphobie à Quotidien 10

 

En réponse aux propos violents et diffamatoires transphobes à l'égard des Personnes Trans venant de ce personnage ! " Cela part dans tous les sens, tout est mélangé, tout n'est que haine et rejet à leur égard  ".

 

Vision archaïque d'avant : " Le transsexualisme a été inventé par des psychiatres transphobes " qu'on appelait mensongèrement trans-sexuels comme une sexualité " afin de pathologiser ces personnes qu'on déclarait faussement des malades mentaux à cause qu'elles ne cadrent pas aux stéréotypes binaires des deux cases sexes. "

 

Depuis le 8 février 2010, les Personnes Trans ne sont plus considérées comme des troubles mentaux de l'identité de genre en France.

 

Dernierment l'OMS " WHO " ( L'Organisation Mondiale de la Santé ) a adopté en mai 2019 « La suppression du trouble de l'identité de genre de la liste des maladies mentales »  et a été déplacé sous le nom "d'incongruence de genre".

 

Et encore plus récemment, l'APA ( American Psychological Association ) a adopté une résolution en fevrier 2021 qui dit que " « les expressions de genre et les identités de genre trans et non-binaires sont saines » et que « l'incongruence entre leur sexe et leur genre n'est ni pathologique, ni un trouble de santé mentale »."

 

 

L'identité de genre d'une Personne n'est pas une sexualité, ni une orientation sexuelle. Ce n'est pas une mode, ni un choix, ni une pathologie.

 

Une personne peut s'identifier en fonction de son identité de genre : F ou M ou Non-Binaire.

 

Le terme transgenre ou trans fait référence à une personne qui ne s'identifie pas à son sexe assigné à la naissance, et qui a besoin d'être en accord avec son genre en fonction de son expression et identité de genre.

 

"Les Personnes Trans et/ou Non-Binaires existent depuis très longtemps."

 

Aujourd'hui ces personnes ont plus de visibilité " Force est de constater plus elles ont de la visibilité et des lois en leur faveur, plus les transphobes sexistes sont virulents à leur égard."

 

 

Pour en savoir plus, allez en page d'accueil : https://www.sos-transphobie.org/

 

 

Concernant l'affaire de la Fille Trans Lilie, c'est dés l'enfance qu'une personne ne s'identifie pas à son sexe de naissance en général. A cet âge, elle a besoin d'être surtout en accord avec son expression de genre, plus tard à la puberté elle aura besoin d'un traitement autobloquant ( rien n'est irréversible ), puis viendra à la fin de l'adolescence un traitement médical, voir chirurgical à la condition que c'est son véritable besoin. 

 

Concernant le changement de prénom par l'article 60 du code civil , il est autorisé dans ce cas par son représentant légal.

 

Le parquet de procureur de Carpentras a fait preuve de discrimination transphobe en raison de son identité de genre en refusant le changement de prénom. " rien dans la loi de l'article 60 indique qu'il faut un changement physique irréversible."

 

" On peut encore une fois dénoncer le caractère pathologique malveillant de médias et de documentaires qui toujours au lieu de parler de l'identité de genre de la personne concernée, se centralisent toujours à en faire faussement une maladie. Ces personnes ont surtout besoin de respect et d'être en accord avec leur genre dans leur vie au quotidien."

 

 

Signalez au CSA ( Conseil supérieur de l’audiovisuel ) les propos transphobes de Elisabeth Roudinesco :

https://www.csa.fr/Mes-services/Alerter-le-CSA-sur-un-programme/formulaire#/

 

 



16/03/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 224 autres membres