SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

7ème Conseil Européen Transgender à Anvers du 28 juin au 1er juillet 2018

 

Le 7ème Conseil Européen des Trans organisé par  TGEU - Transgender Europe se tiendra à Anvers en Belgique du 28 juin au 1er juillet 2018. 

 

   TGEU-Council2018-logo-web.jpg

Cette conférence de TGEU est co-organisée :  avec CavariaTransgenderInfoPunt et Genres Pluriels au deSingel, un campus d'art international ( Accessible en fauteuil roulant ).

 

Enregistrement du Programme :

L'Assembée Générale, L'Hébergement, S'impliquer dans la communauté, La Solidarité, L'Autonomisation.

 

Cette année, la communauté est rassemblée autour du programme basé sur l'Open Space Technology ( en savoir plus )

 

En savoir plus sur cet événement et pour vous organiser :

7ème Conseil Transgenre - Anvers - Belgique

    Council2018_web-400x300.jpg

 

 


22/05/2018
0 Poster un commentaire

Journée Internationale Contre la Transphobie - 17 Mai 2018

 

IDAHOT 2018 : La Journée Mondiale contre la Transphobie en raison de leur expression de genre et de leur identité de genre des Personnes Trans et des Personnes Trans Non-Binaires sera célébrée le jeudi 17 mai.

 

  IDAHOT 2018.jpg

 

A l'occasion de cette prochaine journée, nous allons vous expliquer les expressions de genre (1) et les identités de genre (2) au plus simple.

 

L'identité de genre (2) d'une personne trans (4) peut s'identifier comme correspondant à celle d'une femme, d'un homme ou non-binaire (3)

 

Le terme générique Trans (4) désigne les personnes qui ne se considèrent pas au sexe assigné à la naissance.

 

L'identification Non-Binaire (3) désigne les personnes qui se considèrent ni homme, ni femme.

 

L'expression de genre (1) est la façon dont une personne présente son genre à travers son comportement, son apparence en publique tels que la tenue vestimentaire, les cheveux, le maquillage, le langage corporel, la voix et la manière courante d'exprimer son prénom et son pronom.  

 

                   Lien : Vidéo explicative de Droits Personne Canada‏         Expression de Genre et Identité de genre.jpg

 

Des témoignages récents des Victimes de la transphobie seront publiés prochainement et d'autres thèmes en relation à leur expression et identité de genre seront abordés à l'occasion de cette journée.

 

En savoir plus sur les lieux de l'événement à l'occasion de IDAHOT :

Journée Internationale Contre la Transphobie - 17 Mai 2018

 

 


08/04/2018
1 Poster un commentaire

Signez la Pétition : Transphobie - Refus de la plainte du Parquet du Procureur d'Angers

 

Justice pour la Femme Transgenre agressée et menacée de mort.

 

La veille du 8 mars 2018 de la Journée Internationale des Droits des Femmes, elle a reçu du Procureur de la République Yves Gambert d'Angers un avis de classement sans suite, alors que la plainte est caractérisée et aggravéé en raison de son identité de genre. 

 

L'impunité à cause d'être Trans, ce n'est pas normal cette décision !

 

Nous signalons que souvent les Forces de l'ordre et les Parquets du Procureur n'appliquent pas les lois en vigueur contre les actes de violences et de discriminations venant des transphobes à l'égard des Personnes Trans en raison de leur identité de genre en France.  

 

Signez la Pétition : Inacceptable Refus de la Plainte du Parquet du Procureur d'Angers

 

    SOS T.jpg

 

Épilogue - Les faits :

 

Fin octobre 2017, une femme trans, locataire dans un ensemble d’Angers, rentre de courses avec un ami.


Lorsqu’elle sort de son véhicule, elle est frappée et jetée à terre, dans son sous-sol, par un voisin qui n’a pas apprécié qu’elle ne le salue pas.


C’était le même homme qui l’avait insultée plusieurs jours auparavant, insistant sur son identité de genre.
 

Après avoir contacté QUAZAR, la victime hésite à porter plainte suite aux menaces de mort de son agresseur.


48h après réflexion, elle fait preuve de courage en allant déposer dans son commissariat, décidée à ne pas laisser passer.

 

Un classement sans suite inacceptable

 

Au bout de quatre mois, juste avant la Journée internationale des droits des femmes, cette angevine vient de recevoir un avis de classement sans suite :


« L’examen de la procédure ne justifie pas de poursuites pénales au motif que les faits ou circonstances des faits dont vous vous êtes plaint(e) n’ont pas pu être clairement établis par l’enquête. » (sic.)

 

Lorsqu’un homme frappe une femme, la jette à terre, que ses coups sont filmés par la caméra de surveillance du sous-sol, il ne peut y avoir un classement sans suite.


Les faits sont avérés. Il s’agit d’un délit passible de poursuites.

 

L’identité de genre, le parquet d’Angers ne connaît pas.

 

QUAZAR, association d’assistance aux victimes, a signalé cette plainte à Yves Gambert, procureur de la République d’Angers, en lui demandant sa requalification pour retenir la circonstance aggravante de la commission de ces violences en raison de l’identité de genre de la victime, omise lors du dépôt de plainte au commissariat.

 

Les propos de l’agresseur contenus dans la plainte, soigneusement rapportés par la victime, en attestent : 


« Je vais te défoncer comme un homme, car je te vois comme un homme. »


Propos en écho à ses menaces : « J’en n’ai rien à foutre des schmitts, je te découpe à la machette, je te fais assassiner si tu portes plainte. »

 

Malgré ces éléments, Yves Gambert, procureur de la République d’Angers, et ses collègues parquetiers, ne protègeront pas cette femme trans pour les violences et menaces qu’elle a subies de la part d’un homme au physique puissant.


Malgré ces éléments, Yves Gambert et ses collègues parquetiers, ne protègeront pas cette femme trans en ne prenant pas en considération le critère pénal de l’aggravation des faits dus à son identité de genre. 


En Maine-et-Loire, l’identité de genre n’est jamais retenue lors des dépôts de plainte, alors que pourtant tous les éléments sont bien présents dans la plainte.

 

En cela, Yves Gambert, en tant que procureur de la République d’Angers, en porte la responsabilité professionnelle.


Il est procéduralement responsable de la bonne qualification des plaintes, tant au moment de leur prise, avec la formation des policiers et gendarmes et les directives qu’il doit donner en ce sens, que pendant l’étude du dossier par le parquet.


Encore aurait-il fallu que ce dossier soit connu du Bureau d’ordre pénal du Tribunal de grande instance d’Angers, au bout de trois mois d’enquête !


QUAZAR dénonce la politique pénale du parquet d’Angers qui ne poursuit pas l’agresseur de cette femme trans angevine.


Une des raisons non évoquée est qu’elle ne peut justifier de jours d’incapacité totale de travail, alors que pourtant l’agression a été filmée.

 

A Angers, désormais on peut violenter une femme trans, la jeter à terre, la menacer de mort si elle ose déposer plainte.

Texte de Stéphane Corbin,
référent pôle juridique, défense des droits, accompagnement des victimes de Quazar, Centre LGBT d’Angers.

Nous demandons la justice pour cette femme : une enquête et un jugement juste pour la personne coupable de ces actes.

 

Signez la PétitionInacceptable Refus de la Plainte du Parquet du Procureur d'Angers

              Drapeau Transgenre.jpg



10/03/2018
1 Poster un commentaire

Journée Internationale de la Visibilité Trans ( TDOV ) 31 mars 2018

 

Le 31 mars 2018 est la  Journée de la Visibilité Trans ( TDOV ) " International Transgender Day of Visibility " des personnes trans et des personnes non-binaires dans de nombreux pays. 

 

 TDOV 2018 - France.jpg

 

La journée de la visibilité sera célébrée le 31 mars 2018, une occasion pour organiser la visibilité des personnes trans et des personnes non-binaires dans le monde entier.

 

Cet événement a été lancé par Rachel Crandall Transgender activiste du Michigan en 2009 pour célébrer la visibilité de toutes les identités Trans en raison de leur expression et identité de genre.

International Transgender Day of Visibility appelle à attirer l'attention, pour faire connaitre la communauté Trans par sa visibilité : des rencontres, des actions, des expositions, des conférences, des télédiffusions radios et vidéos, des débats, en informant le public sur les réalisations et les questions sur l'expression et l'identité de genre des personnes trans du monde entier, afin de prévenir l'ignorance et la transphobie, et d'essayer d'arrêter les préjugés liés à leur genre. 

Merci d'inviter tous vos amis, et de partager cette Journée Trans de la Visibilité, et de vous inscrire, et de laisser sur le mur de Facebook un événement que vous avez organisé pour cette occasion.

Cet événement n'a pas de lieu déterminé, cette journée peut se célébrer partout, s'organiser selon vos disponibilités un autre jour de votre choix mondialement et sur internet.

 

 

Par ailleurs nous comptons sur vous, vous pouvez nous proposer d'être Coorganisateur de cet événement, nous nous ferons un plaisir de vous indiquer lors de cet événement. On vous remercie par avance de vos soutiens en faveur des personnes trans et des personnes non-binaires. 

 

 

En savoir plus, vous inscrire, participer au TDOV 2018 :

Journée Internationale de la visibilité Trans (TDOV), 31 mars 2018

 

 

 


17/02/2018
0 Poster un commentaire

Film Finding Phong : L'histoire de Phong Trans au Vietnam

 

Sortie en salle dès le 14 février par les réalisateurs Tran Phuong Thao et Swann Dubus de JHR Films avec deux nominations : Prix des Etudiants - Documentaire et Mention Grand Prix du Jury - Documentaire.

 

 

Bande Annonce du Film Finding Phong - Sortie en Salle le 14 février en France

 

Synopsis:

 

Phong, benjamine d’une famille de six enfants, a grandi dans une petite ville au centre du Vietnam. Depuis son plus jeune âge, elle s’est toujours considérée comme une fille prise au piège dans un corps de garçon. Lorsqu’à vingt ans elle rejoint Hanoi pour entrer à l’université, elle découvre qu’elle n’est pas l’unique personne à vivre cela. Caméra au poing, Phong décide alors de vivre en accord avec elle-même et amorce une métamorphose qui l’amène à affronter les peurs de sa famille, à éprouver la valeur de ses amis, puis à découvrir, telle une adolescente, les jeux de séduction et la sexualité… Le film accompagne Phong au plus près jusqu’à son ultime décision : doit-elle subir une opération chirurgicale de réattribution sexuelle ?
 
Présentation du film Finding Phong :  FINDING-PHONG---PRESENTATION.pdf
 
 
Le film sera diffusé en salle en France à :
 

Paris - MK2 Beaubourg, Espace Saint-Michel

Alès - Ciné Planète

Bar sur Aube - Le Vagabond 

Brest - Les Studios

Bordeaux - Utopia 

Grenoble - Le Club

Lille - Le Métropole

Lyon - L'Opéra

Lyon - Le Cinéma 

Marseille - Les Variétés

Montpellier - Le Diagonal

Nancy - Le Caméo St Sébastien

Nice - Le Mercury

Rouen - L'Omnia

Strasbourg - Le Star

Tours - Le Studio

Toulouse - American Cosmograph

 

 
En savoir plus, plus d'infos sur le film :  FINDING PHONG
 
 

Si vous souhaitez vous associer à une programmation dans votre ville, contactez : ph.hague@gmail.com

 

 

Finding Phong 1.jpg

 

 
              Au cinéma le 14 février en France Finding Phong le 14 février au cinéma.png
   
 

26/01/2018
0 Poster un commentaire

Le Québec adapte l'école aux élèves trans et aux élèves non-binaires

 

Montréal, jeudi 18 janvier : Les établissements d'enseignement devront introduire des mesures d'ouverture et de soutien envers les jeunes trans et les jeunes non-binaires au Québec.

 

1.jpg

 

Préambule de la Charte des droits et libertés de la personne : 

 

En vertu des modifications apportées récemment à la Charte des droits et libertés de la personne, la discrimination fondée sur l’identité et l’expression de genre est maintenant interdite.

 

Voici quelques mesures mises en place dans le réseau de l'éducation :

 

24 Les droits des jeunes trans Les droits des jeunes trans: cadre législatif et responsabilités des établissements d’enseignement

 

Cette loi modifie notamment la Charte québécoise des droits et libertés de la personne afin d’ajouter « l’identité et l’expression de genre » aux motifs de discrimination interdits par l’article 10, ce qui a pour effet de conférer une protection explicite aux personnes trans.

 

La Charte québécoise des droits et libertés de la personne précise que « nul ne doit harceler une personne en raison de l’un des motifs visés dans l’article 10 », que ce harcèlement prenne la forme de paroles blessantes, d’attitudes négatives, d’actes violents ou autres. Le non-respect des droits des personnes trans peut entraîner des conséquences juridiques, notamment pour les établissements qui ne prennent pas de mesures pour assurer le respect de ces droits.

 

Respect des éléves Trans.jpg

 

En vertu de la Loi sur l’instruction publique (LIP) et de la Loi sur l’enseignement privé (LEP), les droits de ces jeunes sont aussi protégés, notamment dans leurs volets visant à prévenir et combattre l’intimidation et la violence à l’école (art. 75.1 LIP, art. 63,1 LEP).

 

Les établissements d’enseignement doivent conséquemment mettre en place des mesures concrètes pour assurer le droit à la dignité, à l’égalité, à l’intégrité, au bien-être et à la sécurité des jeunes, ce qui inclut les jeunes trans et les jeunes non binaires. Ainsi, ils contribuent à assurer l’épanouissement du jeune trans et du jeune non binaire, dans le respect de son identité et de son expression de genre, afin d’assurer son développement physique, affectif et psychologique, de même que sa persévérance et sa réussite éducatives.

 

Ces mesures d’ouverture et de soutien peuvent éviter au jeune trans et au jeune non binaire de vivre des situations d’intimidation, de harcèlement, de discrimination, d’homophobie, de transphobie et d’exclusion. Ces mesures éviteront aussi aux jeunes trans et aux jeunes non binaires ainsi qu’à leurs parents de devoir entreprendre des démarches pour assurer le respect de leurs droits.

 

6.2 Utiliser le prénom choisi et les pronoms correspondants (féminins, masculins ou neutres) par le jeune trans ou le jeune non binaire

 

Pour chaque jeune trans ou jeune non binaire, changer de prénom (officiellement ou non) et demander l’utilisation de pronoms différents de ceux associés à son sexe assigné à la naissance sont des étapes importantes de son parcours identitaire. Les pronoms choisis ou correspondants peuvent être neutres, féminins ou masculins selon la volonté du jeune trans ou du jeune non binaire.

 

Les membres du personnel de l’établissement d’enseignement doivent être informés qu’il faut utiliser le prénom et les pronoms choisis par le jeune trans ou le jeune non binaire, et ce, tant pour le bien-être du jeune que pour des raisons légales en vertu de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne. En effet, chaque jeune trans ou jeune non binaire a le droit de s’auto-identifier et que l’on s’adresse à lui par le prénom et les pronoms de son choix.

 

Le fait de ne pas respecter la volonté du jeune peut entraîner des conséquences négatives dont le dévoilement contre son gré du fait qu’il soit trans (p. ex., prise des présences en classe). Des jeunes rapportent que cette attitude remet parfois en question leur auto-identification.

 

6.3 Mettre en place des mesures visant à protéger la confidentialité des informations concernant le jeune trans ou le jeune non binaire

 

6.5 Permettre au jeune trans ou au jeune non binaire d’utiliser les toilettes, les vestiaires et les résidences dans lesquels il se sent le plus à l’aise, et ce, quel que soit le sexe qui lui a été assigné à la naissance

 

6.7 Assurer des services de santé et de consultation psychologique accessibles et respectueux des besoins des jeunes trans et des jeunes non binaires

 

6.11 Adapter le code de vie afin qu’il tienne compte de façon explicite des besoins des jeunes trans et des jeunes non binaires

 

6.11.1 Inscrire dans le code de vie «l’identité de genre et l’expression de genre»

 

6.11.2 Permettre au jeune trans ou au jeune non binaire de porter des vêtements qu’il considère cohérents avec son expression et son identité de genre

 

Le respect des choix liés à l’habillement et à l’apparence générale est un aspect important du respect de l’identité et de l’expression de genre des jeunes. Le jeune trans ou le jeune non binaire, comme tous les autres jeunes, doit être en mesure de porter des vêtements qui correspondent à son identité de genre et à son expression de genre. Il faut prendre en considération le fait que certains jeunes, dont ceux qui s’identifient autrement que dans un cadre binaire, ne sont pas à l’aise de porter des vêtements qui sont clairement identifiés comme étant « féminins » ou « masculins ».

 

6.11.3 Assurer une souplesse dans l’application des règles relatives à l’assiduité pour le jeune trans ou le jeune non binaire qui est en traitement hormonal

 

Certains aspects du traitement hormonal parfois associé à la transition peuvent affecter le niveau d’énergie ou la capacité de concentration et susciter chez le jeune des effets secondaires incommodants. Ils peuvent même le rendre, à certains moments, entièrement incapable de se présenter en classe. Afin de s’assurer que le choix du jeune d’entreprendre des traitements hormonaux ou médicaux ne devienne pas un obstacle à sa persévérance et à sa réussite scolaires, il est suggéré que le personnel de l’établissement ainsi que la direction établissent en collaboration avec le jeune des aménagements aux règles d’assiduité prévues dans le code de vie.

 

En savoir plus, lire l'intégralité de ce guide pour les établissements scolaires :

Mesures de soutien et d'ouverture envers les jeunes trans et non-binaires

 

 


19/01/2018
2 Poster un commentaire