Transphobie de la famille et au lycée - SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Transphobie de la famille et au lycée

7 appréciations
Hors-ligne
De M.J Trans FTM : j'ouvre ici un autre sujet. Je vais faire un témoignage et une demande d'aide en même temps. Merci. 

Je refais de courtes présentations ; Je m'appelle Marcus, j'ai 15 ans, je suis dans un lycée professionnel (dont j'espère bientôt partir) qui malheureusement comporte beaucoup de personnes transphobes adultes et enfants.

Ma famille n'accepte pas du tout mon cas et se montre aussi transphobe envers moi. Bref, depuis que j'ai découvert ma transidentité (depuis très jeune) et depuis que je l'ai avouée à plusieurs personnes (12-13 ans) la vie est juste devenu un enfer pour moi. 5 tentatives de suicide depuis mon entrée en seconde, 3 déjà avant. 

Je fais parti des humains qui ont des règles extrêmement douloureuses. Vraiment, c'est un enfer invivable pour moi à chaque fois ; je vomis de douleur, je ne mange rien pendant 1 jour ou 2, je pleures de douleur, je ne peux pas aller en cours et les pertes de sang son énormes.

Depuis environ 1 ans maintenant, je prends un médicament qui est censé les apaiser = il n'a marché que quelques mois, et ne marche plus du tout sur moi maintenant.

Aucun autre médicament ne marche, Spasfond, Doliprane ; rien. Ma mère (car je possède une famille de type "le père parle des problèmes de garçonS au fils" et "la mère parle des problèmes de filles à sa fille"), me dit de continuer à les prendre pour calmer la douleur, je lui ai pourtant répété des dizaines de fois que cela ne marchait plus et que je voudrais qu'on me les stoppe ou que je voudrais prendre quelque chose de plus puissant.

Elle a refusée et m'a dit que c'était mon rôle en temps que "femme" de souffrir. Sauf que je n'ai jamais voulu avoir un vagin, encore moins pouvoir tomber enceinte, avoir des seins et mes règles. Ensuite, beaucoup de femmes prennent la pilule pour ne pas les avoir et je ne vois pas le mal avec.

BREF, ma mère est totalement contre le fait que je prenne des médicaments plus puissants ou la pilule. Comme si voir son enfant souffrir car "elle" possède un vagin lui était plus plaisant que de me voir heureux. 


Elle ne veux pas que je prenne de choses plus puissantes de 1/ car elle aime voir le fait que je sois une fille une vraie, celle avec un vagin. Bref, juste me voir en temps que femme quoi. 2/ car elle a peur que cela impact ma fertilité. Fertilité que je n'utiliserais jamais car pour moi, avoir un enfant de mon propre ventre est inutile (je préfère adopter), de  plus à mes 18 ans (ou après) je me mettrais sous testostérone et donc impossible que j'ai un enfant (je prévois une opération d'abortion des ovaires) ect. 

Bref, avoir mes règles est un véritable cauchemar, c'est vraiment pire qu'affreux à vivre pour moi et c'est surement les moments où je me mutile le plus et où j'ai le plus d'idées suicidaires à cause de la douleur insupportable qu'elle me donne. 

J'ai déjà essayé les petites astuces pour la douleur comme être au chaud, avoir une bouillotte, manger, dormir ou s'occuper l'esprit mais la douleur est invivable pour moi. 

Je suis dans l'impasse d'une mère qui apprécie me voir souffrir en ayant mes règles pour se persuader que je suis bien sa "petite fille" et d'une douleur atroce qui, si elle continue pendant encore plusieurs années, finira par me couter la vie à cause de toutes les pensées/douleurs qu'elle m'engendre. 

Si vous avez des médicaments à me proposer, ou des astuces qui marchent vraiment, j'aimerais beaucoup les avoir. Merci, c'était juste Marcus. Lien

Bonjour Marcus. 
J'ai le même problème que toi au niveau des règles mais heureusement, ma mère m'a soutenu pour que je trouve les bons médicaments. 
J'ai commencé comme toi, Spasfon, Nurofen,... J'en prenais beaucoup, au point que j'ai fini par faire un phénomène d'accoutumance et ça ne me faisait plus rien. J'avais tellement mal que j'ai séché beaucoup de cours, j'avais même des vertiges et j'ai fait de l'anémie à cause de mes règles. (Je te dis pas, prise de sang tous les mois, c'était un vrai plaisir). 

Finalement, je suis allée voir une gynécologue, seule. Je lui ai parlé de mes problèmes. Elle m'a fait faire une radio pour voir si j'avais un problème mais je n'avais rien d'anormal. (Le docteur a dit "Vous avez de quoi faire de beaux bébés" , j'ai grincé des dents, j'en veux pas moi non plus). Bref, elle m'a prescrit du Cebutid. C'est un anti-douleur puissant, il faut faire attention avec la dose, mais ça marche très bien sur moi, en tout cas. J'ai eu des douleurs au point de vomir mais depuis que j'ai ce médicament (ça fait 6 ans maintenant), ça va. 
À partir de 16 ans, je crois, tu dois avoir ta propre carte vitale, ce qui peut te permettre de voir la gynécologue sans l'accord de ta mère. Ou sinon, tu dis à ta mère que tu veux faire la première visite chez le gyneco (celle où elle vérifie si tu n'as de cancer du sein et où elle te pose pleins de questions sur toi, ta vie sexuelle, bla bla) vu son obsession pour la féminité... Une fois seuls,, tu pourras lui parler librement de ce que tu veux. 
J'ai lu ton autre témoignage, je suis atterrée par le comportement de ton entourage... 

Bon courage, Marcus... 

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 153 autres membres