SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

#Transphobie : Changement officiel d'état civil : L'entreprise Free refuse de le changer

 

Chez Free , pour mettre à jour son abonnement après un changement d'état civil, c'est le parcours du combattant pour les personnes #trans'…

 

                              Free Transphobie.jpg

 

En août 2013, la yaggeuse Amanda racontait la situation kafkaïenne qu’elle avait vécue lorsqu’elle avait souhaité faire que son abonnement à la société Free soit conforme à son changement d’état civil. Après avoir affronté un refus manifeste de la part de la société d’accéder à sa demande à moins qu’elle ne transmette des documents d’identités, le jugement du tribunal de grande instance mais aussi une copie du décret paru au Journal Officiel, elle avait non sans mal eu gain de cause: «Il est honteux de demander autant de documents d’ordre privé pour un simple contrat avec un opérateur», faisait-elle remarquer alors.

 

L’HISTOIRE RECOMMENCE


Cela n’a cependant pas servi de leçon à Free, puisqu’une autre femme trans’ a rencontré exactement la même résistance lorsqu’elle a souhaité modifier son prénom, après avoir obtenu son changement d’état civil en décembre 2013. Malgré l’envoi d’une copie de sa nouvelle pièce d’identité et d’une copie intégrale de l’acte de naissance mentionnant explicitement le changement entériné par officier d’état civil, Candice s’est vu recevoir les mêmes réponses qu’Amanda. Free lui réclame la copie du jugement: «Cette demande est dénuée de fondement juridique (l’état civil est la meilleure preuve possible) et constitue une atteinte caractérisée à ma vie privée, s’indigne-t-elle. J’ai donc refusé en leur demandant de faire le changement puisqu’il s’imposait en vertu de la loi mais bien sûr, ils ne veulent pas!»

DISCRIMINATION ET ATTEINTE A LA VIE PRIVÉE


Candice a donc finalement décidé de résilier son abonnement devant l’incapacité de la société à accepter son changement d’identité. Elle dénonce un comportement transphobe de la part de la société Free, et s’inquiète que l’entreprise puisse réclamer et détenir des documents relatifs à la vie privée de ses client.e.s, un problème qu’avait aussi soulevé Amanda: «En refusant de changer mon état civil dûment rectifié en vertu de la loi, sur la foi d’un acte rédigé par un officier d’état civil, tant pour la ligne téléphonique que pour l’abonnement Freebox, la société Free nous place collectivement en situation illégale, souligne Candice. L’usage de ces anciens prénom et civilité ne sont plus autorisés et peuvent s’assimiler à une usurpation d’identité. Si je refuse de fournir ce jugement, qui décrit précisément ma situation et les conditions de mon changement, c’est que Free est une société privée et que je n’ai aucun garantie que ce document ne sera pas utilisé contre moi plus tard, ou vendu avec divers fichiers. Cette situation est potentiellement discriminante, attentatoire à ma vie privée.»

Candice explique que Free n’a cependant pas eu de difficultés à prendre en compte la résiliation de son abonnement. Si elle a jugé utile de parler de sa mésaventure, c’est principalement parce que d’autres personnes peuvent se retrouver dans la même situation et ne pas avoir la possibilité de se battre: «Je me dis que dans le cas de personnes plus vulnérables, ce serait très mal vécu.»

Malgré nos diverses tentatives pour joindre Free, la société n’a pas, à ce jour, répondu à nos sollicitations. 
Suite : Lien



18/07/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 110 autres membres