SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

Transphobie récurrente dans le milieu médical

5 appréciations
Hors-ligne
T.C : Combien de fois entends-je ou lis-je mes pairs outé.e.s chez le médecin, à l’hôpital, à la clinique ? Je ne les compte plus.

Je l’ai vécu moi-même cet outing médical, en tout et pour tout une fois. J’avais été forcée de présenter ma carte d’identité non-encore refaite soi-disant pour des questions « de sécurité » aux urgences de la Pitié-Salpêtrière ; je venais de présenter ma carte vitale refaite avec photo, qui rappelons-le est une pièce d’identité légale (sauf pour le Code Électoral). La secrétaire médicale qui avait commencé par « madame » est revenue à « monsieur » sur foi de ma carte d’identité contenant pourtant « dite Madame »… Malheureusement pour elle, je lui faisais la honte de sa vie en public ce qui eût pour effet de la ramener brutalement à la réalité de « madame ». J’y allais pour faire diagnostiquer une cheville très douloureuse suite à une chute dans l’escalier de notre cher métro parisien. Je souffrais et n’avais pas cœur à me laisser embêter.Cet outing médical est très fréquent, les témoignages réguliers que je lis sur le sujet, m’en convainquent aisément. Nous sommes dans un pays où la transphobie du corps médical est très présente. Je n’ai toujours pas compris quelle est cette cécité dont le corps médical est frappé dès lors qu’il a vu nos papiers… avant changement d’état-civil.Lorsque nous nous présentons en tant que femme ou en tant qu’homme devant un médecin, sa vocation est de nous soigner, de nous faire nous sentir mieux, pas de nous enfoncer moralement et encore moins de nous outer devant parfois toute une salle d’attente. A ce moment, ce médecin ou ce.tte secrétaire médicale, cet.te infirmier.e, etc, qui joue à cela est en pleine rupture avec les serments qu’il/elle a prononcés, du fait de tout le mal moral qu’il/elle fait à la personne trans qu’il/elle a ainsi outée.Alors je vais poser une question simple. Quand le corps médical se décidera-t-il à nous respecter, à ne pas nous outer ? Quand ? Et qu’il se pose la question. Quel est l’intérêt d’outer une personne trans ? A moins d’être transphobe…Notre pays se trouve être très à la traîne sur le sujet trans. Le corps médical est celui auquel nous sommes forcément confronté.e.s du fait de nos traitements à vie. Nous y sommes aussi confronté.e.s lorsque nous tombons malades, lorsque nous nous blessons.Alors je sais que même encore maintenant, notre différence nous réserve un classement dans le DSM-V, mais il ne faut pas croire tout ce qu’on vous raconte dans ce livre à notre propos. Nous avons des vies tout à fait classiques, très simples, tant qu’on ne vient pas nous faire du mal moralement. L’effet iatrogène du médecin qui nous humilie et qui ensuite se targue de nous trouver en mauvaise forme mentale est très classique. Cessez de vouloir à tout prix nous humilier et vous verrez que vous avez en face de vous finalement des personnes lambda qui demandent à vivre tout comme vous, sans humiliation inutile.

Coming-out de santé

Le tour de la question de la transphobie du milieu médical ayant été fait, nous pouvons aborder un autre sujet très important.Lorsqu’on est trans, notre métabolisme, nos soins chirurgicaux, tout ce qui fait que nous vivons dans notre identité-cible, nous amène à régulièrement être en contact avec le corps médical. Quand on la chance comme moi de ne jamais être embêtée, ce n’est pas trop un souci.Ayant beaucoup bougé en quelques années, j’ai dû régulièrement voir de nouvelles gynécologues-endocrinologues. J’ai dû plusieurs fois changer de médecins spécialistes pour mon suivi gynécologique et hormonal.Pour moi, un médecin est là pour me soigner au mieux. Si je ne lui fais pas part de ma particularité physique, il ne sera pas capable de s’occuper au mieux de moi. Je fais donc pour chaque médecin-spécialiste un coming-out.Lors de chacun de ces coming-out, je n’ai pas rencontré de problème. Par contre, j’ai été assurée d’être soignée et suivie comme il se doit.Je pense qu’il est très important pour toute personne trans de ne jamais perdre de vue que nos soins sont forcément particuliers par rapport à une personne lambda. Nos physiologies sont très largement en dehors de la gaussienne des autres êtres humains.…

Pour terminer

De là, mesdames et messieurs du monde médical, sachant que nous devons de toute façon faire un bout de chemin ensemble, prenez le temps de nous traiter en êtres humains et respecter le genre dans lequel nous nous présentons à vous. Nous serons agréables avec vous. Vous ferez votre métier, celui qui vous tient à cœur, dans les meilleures conditions. Tout le monde a à y gagner.

Espérant que cette bouteille à la mer aura des effets positifs dans la relation entre le corps médical et les personnes trans. Lien 

je connais la même choses de mon coté à Cochin avec refus de soins

c'est clairement pas rassurant ni réconfortant pour toi 

mon blog lahaineenfrance.yagg.com 

bises bon courage reste forte

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres