SOS TRANSPHOBIE

SOS TRANSPHOBIE

La déchirante lettre de suicide de Leelah, 17 ans, transgenre

 

#Transphobie : Une jeune fille #trans s'est suicidée le 28 décembre 2014

L'adolescente #transgenre de 17 ans, Leelah Alcorn s'est suicidée en se jetant sur un semi-remorque, elle a été frappée et tuée par le camion sur une autoroute de l'Ohio, le dimanche 28 décembre 2014.

Le suicide de l'adolescente Leelah Alcorn met en lumière le débat transgenre


Cliquez sur Sous-titres, pour traduire la vidéo en d'autres langues

 

 

Sa lettre de suicide sur son Tumblr : « Ma mort ne doit pas rester vaine » Leelah Alcorn


Si vous lisez ceci, cela veut dire que je me suis suicidée, et n’ai de toute évidence pas pu effacer ce message.

Elle le décrit comme un facteur contribuant à son suicide :


NOTE DE SUICIDE

S’il vous plait ne soyez pas triste, c’est mieux ainsi. La vie que j’aurais vécu [si je ne m’étais pas suicidée] n’aurait pas valu la peine d’être vécue…parce que je suis transgenre. Je pourrais expliquer en détail pourquoi je me sens [transgenre] mais ce texte sera déjà assez long. Pour le dire simplement, je me sens comme une fille coincée dans un corps de garçon, et je le ressens depuis que j’ai 4 ans. Je ne savais pas qu’il y avait un mot pour décrire ce ressenti, ni qu’il était possible de devenir une fille, donc je n’ai rien dit à personne et j’ai juste continué à faire des « choses de garçon » pour faire comme tout le monde.


A 14 ans, j’ai su ce que voulait dire être trans et j’ai pleuré de joie. Après 10 ans de confusion, j’ai finalement compris qui j’étais. Je l’ai immédiatement dit à ma mère, et elle a réagit extrêmement négativement, en me disant que ce n’était qu’une phase, que je ne serai jamais réellement une fille, que Dieu ne fait jamais d’erreur, que j’ai tort. Parents, si vous lisez ce texte, s’il vous plait, ne dîtes pas ça à vous enfant. Même si vous êtes Chrétiens ou que vous êtes contre les transgenres ne dites jamais ça à quelqu’un, en particulier à votre enfant. Cela ne peut que lui donner envie de se détester. C’est exactement ce qui s’est passé pour moi.


Ma mère m’a amenée chez un thérapeute, mais comme elle ne pouvait m’amener que chez des thérapeutes chrétiens (qui avaient tous une vision biaisée), je n’ai donc jamais eu la thérapie dont j’avais besoin pour me guérir de ma dépression. Je me suis juste retrouvée face à d’autres chrétiens me disant que j’étais égoïste et dans l’erreur et que je devrais demander à Dieu de me venir en aide.


Quand j’ai eu 16 ans, j’ai réalisé que mes parents ne comprendraient jamais, et que je devrais attendre d’avoir 18 ans pour pouvoir commencer des traitements pour transitionner, ce qui m’a brisé le cœur. Plus tu attends, plus c’est dur de transitionner. J’ai perdu tout espoir [en me disant] que j’allais devoir être un homme habillé en [femme] pour le restant de mes jours. Le jour de mon 16ème anniversaire, quand je n’ai pas obtenu le consentement de mes parents pour commencer une transition, j’ai pleuré jusqu’à ce que je m’endorme.

J’ai développé une attitude en mode « rien à foutre » face à mes parents, et je me suis outé comme gay à l’école, en pensant que cela faciliterait peut-être de me déclarer transgenre ensuite. Même si la réaction de mes amis étaient positives, mes parents étaient en colère. Ils considéraient que je ternissais leur image et que j’étais embarrassant pour eux. Ils voulaient que je sois leur parfait petit fils chrétien hétéro, et ce n’était clairement pas ce que je voulais.

Alors ils m’ont retirée de l’école public, ont confisqué mon ordinateur et mon téléphone, et m’ont interdit de me connecter sur les réseaux sociaux, m’isolant ainsi de tous mes amis. C’était sûrement la période la plus déprimante de ma vie, et c’est surprenant que je ne me sois pas suicidée [à ce moment-là]. J’étais complètement seule pendant 5 mois. Pas d’amis, aucun soutien, ni amour. Rien que la déception de mes parents et la cruauté de la solitude.

A la fin de l’année scolaire, mes parents ont fini par me rendre mon téléphone et m’ont permis à nouveau d’aller sur les réseaux sociaux. J’étais excitée, j’allais enfin retrouver mes amis. Ils étaient très excités de me voir et de me parler à nouveau, mais seulement au début. Finalement ils ont réalisé qu’ils n’en avaient rien à faire de moi, et je me suis sentie encore plus seule qu’avant. Les seuls amis que je pensais avoir ne m’aimaient bien que lorsqu’on se voyait 5 fois par semaine.

Après un été où je n’avais quasiment aucun ami, où j’avais la pression de devoir penser à l’université, économiser de l’argent pour quitter mes parents, ne pas avoir de mauvaises notes, aller à l’église chaque semaine et me sentir comme une merde parce que tout le monde là-bas est contre tout ce que je suis, j’ai décidé que c’était trop j’en avais assez. Je ne vais jamais pouvoir transitionner, même si je déménage. Je ne serai jamais satisfaite de ce à quoi je ressemble ou de comment je parle. Je n’aurais jamais assez d’amis satisfaisants. Je ne connaîtrai jamais d’amour satisfaisant. Je ne trouverai jamais un homme qui m’aimera. Je ne serai jamais heureuse. Soit je vis le reste de ma vie comme un homme qui [au fond de lui] rêverait d’être une femme, ou alors je vis ma vie comme une femme solitaire qui se déteste. Dans tous les cas je perds. Il n’y a pas de solution. Je suis déjà assez triste, et je n’ai pas besoin que ça empire. Les gens disent « ça va aller mieux », mais ce n’est pas vrai dans mon cas. Je vais mal de jour en jour.

L’essentiel a été dit, voilà pourquoi je veux me suicider. Désolée si ce ne sont pas des raisons suffisantes pour vous, pour moi c’est suffisant. Pour ce qui est de mon testament, je veux que 100% des choses que j’ai obtenu légalement soit vendu et que l’argent (plus ce que j’ai à la banque) soit donné aux mouvements pour les droits des transgenres et les groupes de soutien, peu importe lesquels. Je ne reposerai en paix que le jour où les transgenres ne seront plus traités comme je l’ai été moi, [je veux qu’ils/elles soient] traités comme des êtres humains, dont les sentiments et les droits comptent.

Le genre doit être enseigné à l’école, et le plus tôt possible.

Ma mort doit avoir un impact. Ma mort doit compter parmi tous les autres transgenres qui se sont suicidé.e.s cette année.

Ma mort doit signifier quelque chose. Ma mort doit être comptée dans le nombre de personnes trans qui se suicident cette année. Je veux que quelqu'un regarde ce nombre et dise " C'est grave ", et qu'on fasse quelque chose.

Changez cette société. S’il vous plait.

Adieux,

(Leelah) Josh Alcorn

 

                          La lettre de suicide de 17 ans transgenre.jpg

 

 

#Transphobia: A young #transgender girl commits suicide on december 28 .2014

 

The teenager transgender, 17 years, Leelah Alcorn  commits suicide by throwing herself on a semi-trailer, she was struck and killed by a truck on a highway of Ohio, Sunday, Dec. 28, 2014.



This  suicide note on his Tumblr : "My death must not be vain" Leelah Alcorn

If you read this, it means that I have committed suicide, and obviously could not clear the message.


She described this as a contributing factor towards her suicide :

SUICIDE NOTE


If you are reading this, it means that I have committed suicide and obviously failed to delete this post from my queue.


Please don’t be sad, it’s for the better. The life I would’ve lived isn’t worth living in… because I’m transgender. I could go into detail explaining why I feel that way, but this note is probably going to be lengthy enough as it is. To put it simply, I feel like a girl trapped in a boy’s body, and I’ve felt that way ever since I was 4. I never knew there was a word for that feeling, nor was it possible for a boy to become a girl, so I never told anyone and I just continued to do traditionally “boyish” things to try to fit in.


When I was 14, I learned what transgender meant and cried of happiness. After 10 years of confusion I finally understood who I was. I immediately told my mom, and she reacted extremely negatively, telling me that it was a phase, that I would never truly be a girl, that God doesn’t make mistakes, that I am wrong. If you are reading this, parents, please don’t tell this to your kids. Even if you are Christian or are against transgender people don’t ever say that to someone, especially your kid. That won’t do anything but make them hate them self. That’s exactly what it did to me.


My mom started taking me to a therapist, but would only take me to christian therapists, (who were all very biased) so I never actually got the therapy I needed to cure me of my depression. I only got more christians telling me that I was selfish and wrong and that I should look to God for help.


When I was 16 I realized that my parents would never come around, and that I would have to wait until I was 18 to start any sort of transitioning treatment, which absolutely broke my heart. The longer you wait, the harder it is to transition. I felt hopeless, that I was just going to look like a man in drag for the rest of my life. On my 16th birthday, when I didn’t receive consent from my parents to start transitioning, I cried myself to sleep.


I formed a sort of a “fuck you” attitude towards my parents and came out as gay at school, thinking that maybe if I eased into coming out as trans it would be less of a shock. Although the reaction from my friends was positive, my parents were pissed. They felt like I was attacking their image, and that I was an embarrassment to them. They wanted me to be their perfect little straight christian boy, and that’s obviously not what I wanted.


So they took me out of public school, took away my laptop and phone, and forbid me of getting on any sort of social media, completely isolating me from my friends. This was probably the part of my life when I was the most depressed, and I’m surprised I didn’t kill myself. I was completely alone for 5 months. No friends, no support, no love. Just my parent’s disappointment and the cruelty of loneliness.


At the end of the school year, my parents finally came around and gave me my phone and let me back on social media. I was excited, I finally had my friends back. They were extremely excited to see me and talk to me, but only at first. Eventually they realized they didn’t actually give a shit about me, and I felt even lonelier than I did before. The only friends I thought I had only liked me because they saw me five times a week.


After a summer of having almost no friends plus the weight of having to think about college, save money for moving out, keep my grades up, go to church each week and feel like shit because everyone there is against everything I live for, I have decided I’ve had enough. I’m never going to transition successfully, even when I move out. I’m never going to be happy with the way I look or sound. I’m never going to have enough friends to satisfy me. I’m never going to have enough love to satisfy me. I’m never going to find a man who loves me. I’m never going to be happy. Either I live the rest of my life as a lonely man who wishes he were a woman or I live my life as a lonelier woman who hates herself. There’s no winning. There’s no way out. I’m sad enough already, I don’t need my life to get any worse. People say “it gets better” but that isn’t true in my case. It gets worse. Each day I get worse.


That’s the gist of it, that’s why I feel like killing myself. Sorry if that’s not a good enough reason for you, it’s good enough for me. As for my will, I want 100% of the things that I legally own to be sold and the money (plus my money in the bank) to be given to trans civil rights movements and support groups, I don’t give a shit which one. The only way I will rest in peace is if one day transgender people aren’t treated the way I was, they’re treated like humans, with valid feelings and human rights. Gender needs to be taught about in schools, the earlier the better. My death needs to mean something. My death needs to be counted in the number of transgender people who commit suicide this year. I want someone to look at that number and say “that’s fucked up” and fix it. Fix society. Please.


Goodbye,

(Leelah) Josh Alcorn

 

 

Signez la pétition  / Sign the petition

 

Leelah qui s'est suicidée, était une femme trans âgée de 17 ans. La thérapie de conversion a été un facteur qui l'a conduite à perdre tout espoir. www.change.org/FixSociety

 

Leelah was a 17-year-old trans woman who killed herself. Conversion therapy was a factor that led to her to lose all hope. www.change.org/FixSociety

 

                                              Justice pour Leelah Alcorn :  Justice for Leelah Alcorn

                             Justice pour Leelah Alcorn.jpg

 

 



31/12/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres